Loi de l'attraction : Nos pensées influencent-elles la réalité ?

Publié le par Ouvrons les Yeux



 

Vous avez sans doute déjà entendu parler de la Loi de l'Attraction et même certainement lu des choses sur le pouvoir de l'intention. Peut-être même avez-vous déjà tenté de visualiser vos intentions de manière active pour les orienter vers un but précis. Mais bien souvent, tel un apprenti sorcier, les résultats paraissent mitigés.

La loi de l'attraction suppose dans ses grandes lignes que notre état d’esprit crée en partie notre réalité. Et que nos propres pensées ont une influence sur le réel. Mais de quoi s'agit-il vraiment ?

Selon Slavica Bogdanov, auteur de Loi de l'Attraction : mode d'Emploi, l'univers est constitué d'énergie et émet une fréquence. Nos pensées et attitudes génèrent une vibration ayant une influence sur notre environnement. Tout ce qui se vit à l'intérieur de chacun se reflèterait à l'extérieur. D'une manière telle que nous attirons à nous en permanence, souvent sans le savoir véritablement, les gens et les expériences qui reflètent notre état d’esprit du moment.

C'est en vertu de cette loi que l'on pourrait affirmer que ce qui se ressemble s’assemble et que nous attirons à nous ce qui résonne en nous. Imaginons une bande de fréquence du bonheur calibrée à 77.7 FM. Si votre poste de radio cérébral est réglé depuis des années sur une fréquence étrangère (66.6 FM par exemple), et malgré toutes vos plaintes, vous ne serez jamais en mesure de vibrer sous de bonnes vibrations et de vous y synchroniser de manière durable. Cette loi d'attraction va donc bien plus loin que l'idée d'une simple pensée positive furtive. Elle nécessite un réapprentissage voire même un désapprentissage profond.

Prenons conscience en effet que les idées et les concepts qui semblent être les nôtres sont en réalité le fruit de toutes formes de conditionnements : personnels, éducatifs et culturels. Sans parler de l'influence des grands médias et d'Hollywood. Nos préjugés et désirs sont souvent si enracinés que nous les laissons trop souvent nous contrôler, sans en avoir conscience.

Là réside toute la difficulté de la "pensée positive" en tant que pratique thérapeutique ainsi que toute la nécessité d'être plutôt à l'écoute de soi et de façon constante. Prendre conscience des pensées, émotions et idées qui nous traversent sans attribution émotionnelle ni jugement intellectuel, puis lâcher prise. Comme s'il fallait oser nous rencontrer nous-mêmes dans nos vulnérabilités profondes pour plus vite sortir de la caverne des illusions. Celle par exemple de se croire toujours victime des circonstances extérieures...

Toutes ces idées ne sont pas incompatibles avec la science, loin de là. La physique quantique, cette nouvelle physique de l’infiniment petit, encore mal connue du grand public, a mis en avant à de nombreuses reprises la notion primordiale du rôle de l’observateur dans l’apparence que prend la réalité. Pour le physicien Henry Stapp, une intention consciente peut même influencer les activités cérébrales au niveau des synapses. Et pour Fred Alan Wolf, ce physicien et essayiste américain, la conscience elle-même est capable de convertir des possibilités en évènements concrets, nous invitant à transformer la célèbre formule de Descartes "Je pense donc je suis" en "Je crois donc je suis".